Crise au PDCI : Pourquoi le fauteuil de Bédié est sérieusement menacé

La crise au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s’est accentuée. Après le bureau politique (BP) du Pdci le lundi 8 octobre 2018 , sanctionné par l’annonce de l’organisation d’un congrès extraordinaire, le 15 octobre 2018, les détracteurs de Bédié ont riposté.

Le ministre Adjoumani, figure de la dissidence au Pdci, a annoncé dans le même temps, un autre congrès des partisans du Rhdp-unifié pour mettre Bédié hors-jeu.

“Très bientôt, après les élections, je vais annoncer un congrès à l’occasion duquel je vais demander au président Henri Konan Bédié d’être président d’honneur du PDCI et nous autres, allons constituer une équipe dynamique pour assurer la gestion du PDCI”, a déclaré M. Adjoumani, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Pour certains observateurs, le fauteuil de Bédié n’a jamais été aussi menacé qu’aujourd’hui. « Kobenan Kouassi Adjoumani est passé à la vitesse supérieure. Il n’est plus « Sur les traces du président Houphouët-Boigny ». Ce mouvement opportunément porté sur les fonts baptismaux était un leurre. Adjoumani est passé à une autre étape. S’appuyant sur le bras séculier, la Justice ivoirienne aux ordres, il conteste toutes les décisions des instances du PDCI-RDA auxquelles il prend part. S’érigeant en organe de décision, Adjoumani annonce un Congrès pour la même date à l’issue duquel Bédié sera éjecté du poste de président du parti pour celui honorifique afin d’inaugurer les chrysanthèmes. L’objectif, un moment maquillé par une loyauté de façade, se dévoile: il veut devenir Calife à la place du Calife pour participer au démantèlement du PDCI-RDA au profit du Parti unifié RHDP », prévient le journaliste-Analyste Ferro Bally

A en croire nos sources, la décision de justice du mercredi 10 octobre 2018, affaiblira un peu plus Bédié en cassant les décisions du bureau politique qui avait reconduit le Sphinx de Daoukro à la tête du parti vert-blanc car ce dernier était en fin de mandat.

Dans les arcanes du Pdci on bande les muscles car tous savent que le Pdci traverse une crise sévère. « On sait tous qu’ils (Pro-Rhdp) manœuvrent avec la bénédiction du pouvoir pour renverser  Bédié de la Présidence de notre parti grâce à la décision de justice du jeudi 10 octobre 2018. S’agissant d’Adjoumani et plusieurs cadres, ils se sont compromis pour des raisons d’intérêts personnels. Cependant d’autres sont victimes de chantages car trainant des casseroles au niveau de leur gestion financière de la chose publique. Ce qui explique le mutisme et ou le suivisme de ces cadres », déplore un membre du bureau politique.

Si le pouvoir affirme ne pas tirer les ficèles dans la crise que traverse le vieux parti, Bédié, lui, aura sévèrement mis en garde Alassane Ouattara : « Il n’y aura jamais d’administrateur provisoire du PDCI, personne ne s’avisera de prendre une telle décision autrement, c’est la chienlit, le désordre généralisé. Le PDCI-RDA ne saurait accepter de laisser prospérer dans ce pays un Etat de non droit que veut promouvoir ce régime autoritaire. J’appelle nos militants et tous les ivoiriens épris de paix, de justice et de réconciliation vraie à la mobilisation pour faire échec à ces dérives antidémocratiques et liberticides », a prévenu Bédié.

Dimitry Chrysostome

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password