Cocody Danga : 2 morts parmi les déguerpis, le cri de cœur des rescapés

Le calvaire continue pour les déguerpis de Cocody Danga. En effet, un mois après la destruction de leurs logements par les autorités ivoiriennes, l’on dénombre à ce jour deux morts au sein des sans abris à en croire Mme Meless, la présidente du Syndic des habitants de Cocody Danga. C’était lors d’une conférence de presse le jeudi 21 juin 2018.

« Nous avons malheureusement perdu deux des nôtres qui ont craqué face aux traumatismes subis. Des dizaines d’enfants contraints d’aller au village n’ont pu composer aux examens du  Cepe. Pis, vingt familles continuent de dormis à la belle étoile pendant que d’autres  sont disloquées », a indiqué la présidente du Syndic.

Avant d’accuser la SICOGI de faux: « Le 19 Juin 2012, la SICOGI nous a informé, par un courrier doublé d’un exploit d’huissier, son désir de rénover notre site de Cocody Danga Bel Air. Dans lequel courrier la SICOGI dit avoir relogé tous ses locataires à Yopougon Niangon sur un site qu’elle na pas mise en valeur. Vu ce gros mensonge une grande partie des populations ont introduit une action en justice en contestation de l’exploit de congé. Le tribunal a demandé à la SICOGI de signer les actes de cession de chacun des demandeurs.  Juste après la décision du tribunal la SICOGI invite les populations à la table des négociations aux cours desquelles elle fait visiter des sites: Cité ADO à Yopougon prison civile, cité Concord à Abobo PK18, Azito à Yopougon qui étaient censées recevoir tous les locataires de Cocody Danga Bel Air. Pendant les négociations la SICOGI a introduit une action malicieuse devant la Cour d’Appel dans laquelle elle prétend avoir relogé tous les locataires de Cocody Danga Bel Air. Cette affirmation permet à la Cour d’Appel de débouter les locataires de Cocody Danga Bel Air en appel. La cour suprême à confirmé la décision de la cour d’appel. Alors que le Directeur Général de la SICOGI avoue n’avoir jamais relogé les locataires de Cocody Danga Bel Air à une émission télévisé « Instant Vérité » de Matin Bonheur », a indiqué la porte-parole des populations.

S’agissant du million qu’auraient perçu certaines familles, Mme Meless a révélé : «  Le Directeur des Affaires Juridiques de la SICOGI, M. Camara Abi Wakass a pris le soin de rentrer en contacte avec les 44 autres afin de les proposés la somme d’Un Million (1.000.000) Frs CFA et leurs demandant de renoncé à leurs droit dans un protocole d’accord. Avant la destruction du site, 21 logements sur les 44 avaient cédés sous la pression et les menaces des responsables de la SICOGI », a martelé la porte-parole des déguerpis.

Face à ce qui s’apparente à une injustice, Nahounou Daleba, défenseur des droits des opprimés a taclé les autorités. « On fait de la récupération politique quand il s’agit des victimes des récentes pluies diluviennes  mais personne ne se souci des sans abris de Dangan du fait des mêmes autorités. Tous les documents montrent que la SICOGI a abusé des populations, c’est pourquoi nous réclamons que les pauvres populations soient relogées pour éviter d’autres décès. Aucun document n’autorise la SICOGI à s’attribuer le site de Danga car jamais Danga n’a appartenu à cette société étatique car ces logements datent de l’époque coloniale donc qu’on arrête de tronquer les faits », a indiqué Nahoulou Daleba membre du collectif des Indigné de Samba David.

Pour ce dernier, que le chef de l’Etat réagisse pour réhabiliter les pauvres populations dans leur droit car la SICOGI est dans le faux.

Dimitry Chrysostome

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password