Palabres, élections locales et présidentielles : pourquoi le Fpi joue avec le feu

Le front populaire ivoirien risque de payer cash son inutile division qui plombe le parti fondé par Laurent Gbagbo. Alors que le Rassemblement des Houphouëtistes se mobilise déjà pour les prochaines joutes électorales, au Fpi, on a bandé les muscles pour reprendre de plus belle la guerre.

« Le Fpi, dans sa posture de lutte, de résistance et de combat permanent contre les inégalités sociales, les injustices et la domination sous toutes ses formes, se tient toujours aux côtés du peuple ivoirien. Il lui demande d’espérer et d’avoir une pensée positive pour l’avenir de la Côte d’Ivoire. Car l’année 2018 sera l’année des grandes mobilisations, des grandes batailles, l’année de la victoire de la Côte d’Ivoire sur ses démons », a affirmé Koné Boubakar, secrétaire général et porte-parole de la branche radicale du Fpi à la veille du nouvel an. Cette note  confirme les inquiétudes de certains observateurs qui affirment que Sangaré et Affi ont atteint un point de non retour. « Cette sortie de Sangaré prouve rien n’a vraiment bougé malgré les médiations. Au regard du statu quo observé, il est évident que 2018 sera mouvement au Fpi tant que chacun (Sangaré-Affi) se considère comme étant le président légitime du parti », prévient un analyste. Avant d’ajouter : « Il faut que Sangaré et Affi se réconcilient s’ils veulent sauver le parti. Car ne pas participer aux prochaines élections annonce la mort programmée du parti à la rose. Y prendre part dans ce climat de division s’apparente à un suicide surtout que le Fpi tendance Sangaré avait invité ses militants à ne pas s’inscrire sur les listes électorales», avertissent certains analystes.

Et si les militants forçaient la main à Sangaré et Affi

Il est clair que les militants du Front populaire ivoirien (Fpi) paient un lourd tribut dans cette guerre qui oppose Affi N’Guessan à Sangaré Abou-Drahamane. Des militants qui espèrent tous le retour de leur leader Laurent Gbagbo incarcéré à la Cour pénale internationale. Une attente qui est visiblement exploitée à fond par les deux tendances qui prédisent une libération imminente de Gbagbo depuis 6 ans. Mauvaise appréciation ou simple communication politique, une chose est certaine Gbagbo croupit encore dans les geôles de la justice internationale.

Même son de cloche du côté des hommes d’Affi qui assurent posséder la formule idéale pour le retour au bercail de Laurent  Gbagbo. Si pour l’heure ce ‘’commerce marche fort’’, il faut craindre que les militants finissent par se lasser car à la vérité chacun semble prêcher pour sa chapelle.

« Dans l’hypothèse d’une absence de réunification des deux tendances jusqu’à l’échéance 2020, le dernier mot reviendra à la base qui, du reste a déjà désavoué Pascal Affi N’guessan dans sa volonté d’engager le Fpi à la présidentielle de 2015 et aux législatives de 2016. Mais de plus en plus Sangaré est critiqué pour son immobilisme à la tête de la branche radicale. Dans une telle ambiance, une présence des deux blocs antagonistes aux élections de 2020, sonnera, à coup sûr la perte du parti de Gbagbo a moins que les militants forcent la main au deux camp pour une paix avant 2020 », préviennent plusieurs politologues.

Dimitry Chrysostome

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password