Insécurité, Franc CFA: Gnamaka Eric, Président de la Société civile africaine charge le pouvoir et met en garde

Le Président du Forum de la Société Civile Africaine (Fsa) s’est vertement attaqué au pouvoir en place face à la montée en puissance des microbes (enfants agresseurs) et le débat sur le Franc Cfa. «Des enfants qui tuent doivent être traités comme des criminels et non des enfants. Le laxisme du régime Ouattara fait dire que ces dangereux enfants jouissent d’une certaine protection au sommet», a indiqué Gnamaka Eric.

« Si le gouvernement ne prend pas ses responsabilités, les populations se soulèveront pour mettre fin au règne des ces microbes. J’invite les parents à sensibiliser leurs progénitures avant qu’il ne soit trop tard car la patience du peuple à ses limites», a prévenu le président-fondateur du FSA.

S’agissant du débat sur le budget de souveraineté du chef de l’Etat et du franc Cfa, M. Gnamaka s’est voulu clair. « La présidence dément que notre président dispose d’un budget de souveraineté de plus de 300 milliards de FCFA. Cependant personne ne veut dire au peuple le montant réel de ce budget, c’est là que se pose le problème. Que cherche-t-on à cacher?», s’interroge le président du Fsa. Avant d’indiquer : « Outre ce débat, il faut que nos chefs d’Etat écoutent le cri de cœur de la jeunesse africaine.

A l’instar de Kemi Séba, c’est tous les Africains qui sont débout pour réclamer le changement. On peut tuer ou emprisonner une personne mais pas les idéologies qu’elle incarne », a indiqué Gnamaka. Pour lui, le ciel ne tombera pas sur l’Afrique en cas de rupture avec la France. « Certains pays ont leur monnaie et ils avancent pourquoi nous faire croire que le monde s’arrêtera si on rompt avec la France. Il est l’heure pour nos dirigeants de faire preuve de courage avant que la jeunesse ne prenne son destin en main », a prévenu le fondateur du Fsa.

Dimitry Chrysostome

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password