CI/ Constitution du parti unifié Rhdp : un vrai bal d’hypocrisie

«Le défi du Parti unifié ». Tel pourrait être l’intitulé du film qui est en plein tournage et dont les acteurs principaux sont les deux ténors du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Actuellement, le parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), d’Henri Konan Bédié, le Rassemblement des républicains (Rdr), d’Alassane Ouattara, et, à un degré moindre leurs alliés de l’Udpci, du Mfa et du Pit version Pr Séka Séka, sont à la manœuvre pour transformer, en réalité, l’idée du Parti unifié qui devrait consacrer, à terme, la fonte de toutes les obédiences et idéologies en une seule formation politique qu’ils veulent conquérante à tous égards.

Joignant l’acte à la parole, les houphouétistes ont mis en place, récemment, la structure censée concevoir les stratégies et tactiques pour la réalisation de ce vœu commun. Comité de haut niveau sur le Parti unifié, ainsi ont-ils baptisé cette équipe hétéroclite dont la formation avait suscité des commentaires salés. Sa composition jugée déséquilibrée avait fait jazzer plus d’un. Mais alors que ce comité de haut niveau a entrepris ses travaux, l’on se rend compte que c’est moins sa texture qui pose problème. Comme on le dit, tout projet ou œuvre humaine est voué à deux résultats : soit il connaît un succès, soit il aboutit à un échec.

Dans le cas du parti unifié, s’il se termine sur un bide, ce ne serait pas faute de compétences ni de matière grise ; mais parce que les sentiments, les ambitions et les agissements des différentes parties prenantes de cette aventure politique témoignent de peu de chaleur à voir aboutir ce projet. Il est tout de même ahurissant qu’une poignée de jeunes – on parle d’une vingtaine – présentés comme militants du Pdci, soient parvenus à faire annuler une réunion de ce comité, sous le prétexte qu’ils seraient contre le parti unifié. Difficile de croire que la sécurité, à la maison du parti, à Cocody, où devrait se tenir la réunion, n’ait pu contenir ces jeunes.

Par ailleurs, on n’a pas souvenance d’un communiqué du Pdci condamnant le comportement de ses militants et présentant des excuses à ses alliés. Le Rdr, pour sa part, s’en est offusqué, marquant sa volonté d’aller aux prochaines municipales, sénatoriales et régionales en Rhdp. Mais ce sentiment de repli sur soi, dans la conception d’un projet qui requiert plutôt l’ouverture, ne date pas d’aujourd’hui. Ils sont nombreux, ces cadres du Rdr qui ne voilent plus leur aversion pour le parti unifié. Ils estiment, en effet, avoir tant souffert dans l’opposition que ce serait se renier que de s’incorporer dans le moule d’un parti unifié.

En clair, le parti unifié serait synonyme de perte identitaire pour ces barons du parti au pouvoir. Un vrai hymne à l’hypocrisie car de même qu’on ne peut aller au paradis sans passer par la case décès, de même, on ne peut prétendre vouloir être dans un parti unifié sans accepter de renoncer à sa spécificité pour bâtir, avec les autres, une nouvelle identité commune. Si le parti unifié des houphouétistes est apparu, pour certains, comme une vue de l’esprit, d’autres la conçoivent comme une hypocrisie politique dans laquelle chacun des membres veut pousser l’autre à l’erreur, afin de brandir sa bonne foi et de montrer que l’échec du projet ne lui incombe pas.

En tout cas, les prochaines élections municipales, sénatoriales et régionales, prévues cette année, sont une aubaine pour le Rhdp de faire mentir les « mauvaises langues », celles qui présentent le parti unifié comme un mort-né. Mais cela ne sera une partie de plaisir car la valse de duplicité qui se danse depuis l’annonce de cette volonté, pourra difficilement concilier les contraires.

Par TRA-BI Charles Lambert

 

 

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password