C.I./ Politique: Conflit ouvert Bédié-Ouattara

Alassane Ouattara, chef de l’État et président d’honneur du Rassemblement des républicains (RDR) et Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ont mis sous le boisseau la langue de bois. Pour ce qui est du Parti unifié RHDP, les deux personnalités, qui ne sont pas sur la même longueur d’onde, ont décidé de prendre le parti de leurs camps respectifs.

Alors que le numéro 1 Ivoirien constitue officiellement la formation du RHDP unifié en prenant la tête de ce nouveau parti, avant la présidentielle 2020, le Sphinx de Daoukro croit en la mise en œuvre de cette formation politique après cette élection qui devra consacrer un cadre du PDCI. Comme on le voit, les deux leaders des partis qui se réclament des idéaux et de la philosophie de Félix Houphouët-Boigny ont fait le choix de se déterminer.

Il n’est plus question, ainsi que l’a dit un politologue proche de la maison du parti à Cocody, de louvoyer et de mettre les militants dans le doute. Une telle position découle, selon plusieurs analystes, de la formation du dernier gouvernement dont Gon Coulibaly est le premier ministre. Singulièrement, cela émane de la façon dont les personnalités qui siègent dans cette équipe gouvernementale ont été cooptées. Pour ce qui est des cadres du PDCI nommés ministres dans le Gouvernement Gon 3, il a été dit que le président Bédié n’a ni été informé ni consulté de ce qui devait se faire, cette tâche aurait été dévolue à Kablan Duncan, vice-président du PDCI et vice-président de la Côte d’Ivoire.

Au RHDP, désormais, le crise s’est muée en un conflit ouvert Bédié-Ouattara. Sans doute devrait-on dire qu’entre le RDR, parti présidentiel, et le PDCI, le Rubicon a été franchi. Les alliés d’hier, c’est peu de le dire, ont des visions diamétralement opposées. Alors que le RDR peut encore compter sur des partis satellitaires qui n’existent que grâce au RHDP, le PDCI est à l’heure d’une nouvelle stratégie qui n’exclut pas des alliances avec des partis qui ne partagent pas son idéologie politique. Pour la formation politique que dirige Bédié, il n’est plus question de marcher encagoulé.

De plus en plus, les cadres du parti septuagénaire font des sorties pour brocarder le rassemblement des Houphouétistes, et plus, ils ne s’empêchent de faire savoir à l’opinion publique nationale et internationale qu’il faut, conformément à l’appel de Daoukro, à la tête de la Côte d’Ivoire, en 2020, un cadre, militant actif. De toutes les déclarations qui émanent des barons du PDCI, depuis la publication des membres du Gouvernement Gon 3, il ressort que le parti fondé par Félix Houphouët-Bogny a décidé d’aller à la conquête du pouvoir par ses propres moyens. S’il devrait nouer des alliances, il est clair qu’il se garderait de regarder du côté des libéraux qui lui ont montré qu’ils étaient capables de faire en sorte de mettre à plat tous les deals qui leur ont permis de faire deux mandats à la tête de la Côte d’Ivoire.

En 2010, face à Laurent Gbagbo, la coalition du RHDP avait bien fonctionné. Elle est venue à bout du président sortant à la suite d’une crise post-électorale dont on connaît les conséquences. En 2015, suite à l’appel de Daoukro, les houphétistes ont fédéré leurs efforts pour offrir un second mandat à Alassane Ouattara. C’est dire que depuis une décennie, cette coalition de partis politiques fonctionne bien et a remporté des lauriers sur les plans local et national. Mais un segment sur lequel cette coalition a été mise en place mérité d’être interrogé.

En effet, depuis la création de ce regroupement politique, ses pontes n’ont de cesse de faire savoir qu’il est le gage de stabilité politico-social et de paix. En somme, la Côte d’Ivoire ne sera en quiétude que si le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix est à la barre. Seulement voilà, à l’heure actuelle, au lieu de procurer aux Ivoiriens uniquement la paix, le RHDP est en train de faire le lit d’un affrontement politique qui fait craindre plus d’un, à l’approche de la présidentielle de 2020 .

« In fine, ce regroupement politique est une grosse arnaque. Vendre des illusions aux Ivoiriens alors qu’on est conscient qu’on n’a pas bâti sur du roc, s’apparente à du broutage politique, du nom donné aux cybercriminels qui ont pignon sur rue en Côte d’Ivoire », estime un observateur averti.

Charles L. TRABI

 

0 Commentaire

Laissez un commantaire

Login

Bienvenue, connectez-vous

Se souvenir Mot de passe perdu ?

Lost Password